L’indice de la qualité de l’enseignement

Comment savoir où on enseigne le mieux ?

Citation
, XML

L’indice de la qualité de l’enseignement

Comment savoir dans quel établissement supérieur l’ enseignement est le meilleur ? La qualité de l’enseignement y dépend directement de deux valeurs – le potentiel créateur des professeurs et le nombre d’étudiants par professeur.

    La cote mondiale des universités laisse sans estimation une grande partie des écoles supérieures nationales. Leurs critères introduisent aussi de la discrimination entre les universités, dont certaines sont financées par le budget des états et sont formellement séparées des centres de science nationaux. Les cotes sont apparues en Amérique comme une procédé de marketing. Les problèmes pour les universités européennes ont commencé quand les responsables de l’éducation ont commencé à faire confiance à cette cote.La situation des cotes rappelle l’époque des premières cartes du monde, quand les états ou les pays se dessinaient au centre du monde alors que sur les marges on ne pouvait voir que des légendes effrayantes et fantastiques.Il y a seulement un moyen d’expédier de telles cotes dans les archives poussiéreuses de l’histoire – proposer aux utilisateurs un filet des méridiens et les parallèles. Dans notre cas ce rôle doit être joué par les indices simples et évidents dans n’importe quel pays. Il faut séparer pour cette estimation la qualité de l’enseignement et l’estimation de la prospérité économique de l’école supérieure,le confort de la réception des connaissances. Nous nous arrêterons sur la qualité de l’enseignement. À notre avis, la motivation pour l’instruction ne se mesure pas à l’aune des relations de marché.L’indice du Big-Mac nous a servi de modèle euristique pour la création de l’ indice de la qualité de la l’enseignement. Cette solution adroite (et bon marché) du problème de la parité des devises apparue il y a vingt ans était perçue au départ comme une plaisanterie. Mais il marche, et aujourd’hui – définit la juste parité de 120 devises nationales. Nous avons aussi besoin d’une estimation juste de la qualité de l’enseignement dans les différents pays.La fenêtre des possibilités s’est ouverte avec l’apparition des catalogues électroniques des bibliothèques nationales. Aujourd’hui n’importe quel intéressé peut voir les résultats du travail intellectuel de chaque professeur – les monographies, les manuels, les recueils de devoirs, les travaux méthodiques. Il y avait déjà des catalogues on-line des bureaux nationaux des brevets. Ces données sont devenues la base pour notre nouvel indice. Nous l’avons nommé en l’honneur du savant russe M.V. Lomonosov (indice-Lomonosov ou indice L). Son nom est devenu chez nous le symbole d’une personne qui aspire aux connaissances encyclopédiques.La qualité de l’enseignement dépend directement de deux valeurs – le potentiel créateur des professeurs et le nombre d’étudiants par professeur. Nous proposons d’estimer l’activité créatrice par le rapport de la quantité de tous les livres parus au nombre total des professeurs. Dans les écoles supérieures techniques on peut aussi prendre en considération le nombre des brevets pour des inventions.Le rapport du nombre des étudiants au nombre des professeurs est très important, parce que la possibilité de contact personnel avec les détenteurs du savoir est la seule raison qui empêche le passage des universités en mode entièrement virtuel ! Plus il y a de professeurs – plus il y a de points de vue et de sujets spéciaux auxquels l’étudiant peut accéder pendant ses études.La formule du L-indice est la multiplication de deux valeurs – la quantité moyenne de livres et brevets par professeur et le nombre moyen d’étudiants par professeur. Après simplification la formule se transforme en fraction simple, dans laquelle le numérateur est le nombre total des monographies (brevets) des professeurs et le dénominateur – le total des étudiants.

    Qualité de l’enseignement L :


    Finalement,


    Finalement le rasoir d’Ockham n’a rien à couper ici: il suffit de multiplier la qualité des connaissances du professeur moyen par la quantité de lui-même qu’il peut donner à chaque étudiant. Le physicien, probablement, ajouterait que nousmultiplions un scalaire[1] (la masse des connaissances accumulées) à un vecteur (la transmission des connaissances à l’étudiant concret).

    On peut dire que l’indice-L est une mesure de puissance de n’importe quel collectif des professeurs. Il est universel puisqu’il ne dépend pas du pays, de la langue de l’enseignement, de la forme du financement de l’école supérieure ni du niveau de vie total.Pour tester l’efficacité de l’indice-L, nous avons pris sur les sites de quelques facultés et une université parisienne les listes des professeurs et le nombre total des étudiants. La quantité de livres était définie selon les catalogues de la bibliothèque Nationale russe, la Bibliothèque nationale française, la Bibliothèque britannique et la Bibliothèque du Congrès des États-Unis – en fonction de la place de l’université. Dans le nombre des travaux d’auteur entraient pré-éditions et ré-éditions (la réédition du manuel témoigne de sa haute qualité).Exemples des L-indices.

    Faculté, Ecole supérieure Nombre de livres, brevets Nombre d’étudiants Nombre de professeurs Livres par professeur indice-L
    Harvard Kennedy School of Government 846 1020 246 3,4 0,83
    Harvard Graduate School of Education (HGSE) 441 3000 0,15
    Oxford Dep. of Politics and International Relations 271 1300 110 2,5 0,21
    Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne 3989 39255 1845 2,2 0,1
    Faculté des relations internationales, Université de Saint-Pétersbourg 176 1050 93 1,9 0,17
    Ecole supérieure du management, Université de Saint-Pétersbourg 127 1200 66 1,9 0,11
    Faculté historique, Université de Saint-Pétersbourg 430 1003 179 2,4 0,43
    Faculté historico-politologique, Université de Perm 72 1000 92 0,8 0,07
    Faculté mécanique et mathématique, Université de Moscou 1072 2000 565 1,9 0,54
    Faculté mécanique et mathématique, Université de Saint-Pétersbourg 410 1524 378 1,1 0,27
    Faculté physique de Université de Moscou 1068 2527 656 1,6 0,42
    Faculté physique, Université de Saint-Pétersbourg 380 1030 373 1 0,37
    Faculté des technologies informatiques, l’économie et le design, Université humanitaire de Smolensk 15 1400 61 0,25 0,01

    Il est évident qu’il vaut mieux comparer les facultés de spécialité identique, mais l’indice d’une université toute entière sera la moyenne arithmétique des indices de ses subdivisions. Les données sur les facultés des universités provinciales permettent de voir leur place réelle sur l’échelle commune mondiale. Chacun futur étudiant peut calculer ces indices. On peut supposer que le L-indice aura plus de valeur non au niveau des facultés, mais dans la comparaison des universités ou des systèmes nationaux.Pavel Dzygivskiy,Directeur du Centre analytiquede la branche de Saint-Pétersbourg de l’ITAR-TASS

    Références

      nombre scalaire : nombre non associable à un vecteur.

    Laisser un commentaire

    Fill in your details below or click an icon to log in:

    WordPress.com Logo

    You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Changer )

    Twitter picture

    You are commenting using your Twitter account. Log Out / Changer )

    Facebook photo

    You are commenting using your Facebook account. Log Out / Changer )

    Google+ photo

    You are commenting using your Google+ account. Log Out / Changer )

    Connecting to %s