La Dune géante de Te Henga/Bethell’s Beach à proximité d’Auckland


Une dune qui pose des questions, même si elle n’est pas en sable musical (voir notre article sur les sables musicaux de Great Barrier Island) !

Toutes les vallées qui débouchent sur cette côte ont des (petites) dunes côtières mais seule Bethell’s Beach possède une dune géante, pourquoi ?

Why is there a giant dune at Bethell’s beach ? Concept of captive dune.


(Géographie-géomorphologie)

Article écrit pour Knol à partir d’avril 2009.

Présentation

De nombreux articles sur Bethell’s beach ne sont pas très clairs au sujet de la présence de “dunes” (et de la possibilité d’y surfer le sable) comme l’article de Wikipédia (en anglais). On a l’impression que les auteurs confondent les dunes de la plage (qui sont protégées pour leur végétation et leurs oiseaux nicheurs mais assez banales en dehors de ça) et l’immense dune de sable, dont l’accès est apparemment libre [1], qui se trouve dans la petite vallée proche (Voir carte) et qui est très étonnante (en gris; si vous passez en vue satellite, ou allez voir l’image Google Earth fournie plus bas, la partie ouest de la dune est plus sombre, cela se voit bien aussi quand on est sur place).

Certains articles affirment que “Te Henga” signifie le sable, c’est très peu probable. Le sable se dit “one” dans toutes les langues maories. J’ai lu ailleurs que “Te Henga” signifiait une partie courbée de la pirogue ce qui est plus vraisemblable. Le nom aurait été donné, ou redonné (après discussion avec les maoris locaux, peut-être) par un des propriétaires de la vallée (sans parvenir à s’imposer totalement par rapport au nom anglais, couramment employé).

Visite

Pour parvenir à cette grande dune, il faut parquer sa voiture dans un coude de la route qui forme une sorte de rond point, avec un arbre au milieu (1km avant la fin de la route, il y a souvent des voitures déjà parquées là). On enjambe différentes barrières et on arrive rapidement à cette dune dont la hauteur est d’environ 30 m (30 m par rapport au fond de la vallée, 50 m d’altitude absolue) et la superficie estimée de 10 hectares (40 hectares après mesure sous gmaps !).

La montée, les personnages donnent l’échelle..

On grimpe au sommet, ouf, et de là on découvre le petit lac : Wainamu (voulait certainement dire “l’eau bleue”, ninamu c’est le bleu en tahitien, bien que le maori moderne ait “kikorangi” pour le bleu ??? il semblerait que finalement, namu, ici veuille dire les moucherons…mais je reste méfiant car il y a beaucoup de traductions du maori qui sont faites un peu à l’emporte-pièce).

Mais c’est vrai qu’il est bien bleu sur cette photo ! Vous voyez la barrière là-bas ? l’image est cliquable pour l’avoir en pleine résolution…

Alternativement, si on craint les montées, on peut remonter le lit de la rivière sur 500 m approximativement, en longeant la dune et on arrive aussi au lac. Ce lac a une superficie un peu inférieure à celle de la dune soit deux ou trois hectares d’après mon estimation (13 ha après mesure !)

Analyse

Plusieurs questions surgissent, du moins pour le naturaliste :

Comment et quand s’est formé cette dune, en retrait de la plage ?

La rivière se serait relativement asséchée récemment car des barrages ont été construit en amont. Je n’ai pas trouvé trace de ces prétendus barrages mais quoi qu’il en soit la dune est certainement bien plus ancienne que ces ouvrages du XXème siècle. Le sable vient sans aucun doute de la mer et a dû remonter la vallée, dans ou à côté de la rivière, à la faveur des vent d’ouest, puis être canalisé dans cette petite vallée.

Pourquoi elle ne s’étend pas plus loin dans la vallée ?

La dune ne s’étend pas plus loin parce qu’elle butte sur la rivière, qui l’encercle à l’est et au nord. Le courant reprend le sable du côté abrupt de la dune (côté sous le vent dans une dune libre) et le ramène à l’ouest, là ou il pourra être à nouveau emporté par le vent vers l’est sur la pente douce. Autrement dit, c’est une dune captive.

Le sable capturé dans ce système ne peut pas s’échapper et c’est pour cela que la dune est aussi haute, car elle a accumulé ce sable au cours de milliers d’années.


Une petite dune fixée pas loin derrière le “bach” (cabane de Week end en Néo-Zélandais). Elle est immobilisée par la végétation, C’était probablement des dunes mouvantes similaires qui ont alimenté la dune géante.
Sur la grande dune, vue vers le sud, cette colline qu’on aperçoit au second plan est en fait une dune encore plus haute, mais fixée par la végétation (il n’y pas de plantation de pins sur les collines “normales”. Ils ont dû être mis là pour aider à fixer le sable. On remarque aussi de grande étendues d’herbes “de la pampa”, une plante introduite qui aime bien le sable. Au premier plan, les ondulations du sable et l’inclinaison des graminées montrent que ce jour là, le vent soufflait curieusement de l’est, poussant le sable vers l’ouest…alors que de façon dominante, il doit remonter vers l’est.

C’est donc une dune stationnaire pourtant elle se présente tout à fait comme une dune voyageuse (une face en pente douce sur laquelle le sable remonte avec le vent et une face abrupte (pente limite) sur laquelle il descend par sa pesanteur.

Ceci est la face abrupte de la dune, qui tombe dans la rivière, on voit le bras de la dune qui forme barrage. Remarquez le surfeur de dune, avec sa planche sous le bras, qui marche dans l’eau… En nouvelle Zélande, on met des chiottes portables partout, pour éviter que les gens se soulagent dans la nature.
L’autre côté de la même crête de sable, montre un curieux bourrelet. Serait-il dû au vent inversé de ce jour là et formé par le sable remontant la crête abrupte ?

Comment peut-elle retenir un lac ?

Le sable est normalement perméable, mais l’intérieur de la dune est probablement constitué de sable cimenté, qui émerge d’ailleurs à plusieurs endroits sur le sommet de la dune (cela se voit sur Google Earth). Ce sable cimenté doit être imperméable et un lac de retenue s’est formé, c’est un lac dunaire ou lac de retenue dunaire. (le département de la conservation a d’ailleurs différents problèmes d’envahissement de ce lac par des “aliens” végétaux et animaux. Le dernier épisode est l’introduction d’une carpe qui est censée bouffer les mauvaises herbes qui l’asphyxient…)

Une dernière question qui se pose est : quelle est la nature du lac voisin Kawaupaka qui apparaît en noir sur l’image et qui est juché au sommet de la colline voisine ? Il a tout l’air d’une retenue artificielle, mais on ne voit pas d’ouvrage de barrage (et il n’aurait pas de nom maori). La configuration de la petite vallée dans laquelle il est perché ne ressemble pas du tout à un cratère non plus. D’après un document du “Waitakere City Council” ce lac également est également retenu par le sable (de la partie fossile de la dune). Reste à expliquer sa coloration nettement différente de celle du la Wainamu (pas sur la photo, sur l’image satellite)…

Le lac Kawaupaka, vu de la crête sud (il est bien caché) et la dune au fond
La dune vue de la crête au sud. On voit que ce n’est pas une dune côtière.
Vue de la région sous Google Earth. Les trois points d’informations sont pour les lacs (de droite à gauche : Wainamu, Kawaupaka, et un petit lac ou marais dont j’ai oublié le nom, qui semble se trouver à l’arrière de la plage.

Une autre vue de la dune par Aaron Schmidt
http://aaron.aminus3.com/image/2007-01-02.html

Conclusion :

On peut noter que les vallées voisines comme Piha, Muriwai ou Karekare ont toutes des systèmes de dunes côtières mais qu’aucune n’a de dune géante. C’est donc la configuration spéciale de Bethell’s beach, au niveau de l’orientation des vallées et des rivières, qui a dû produire le phénomène que nous pouvons admirer aujourd’hui.

PS : si vous avez la collection complète des épisodes de Xena, envoyez m’en une copie, on recherchera ensemble quelles scènes ont été tournées sur la dune, merci d’avance.

Mesures :

Superficie de la dune
Superficie du lac Wainamu
Etendue de la dune fossile de 145 ha, probablement responsable du lac perché Kawaupaka

References

  1. En 2010 sont apparus des panneaux (très discrets) qui confirment l’accès public à la dune et d’autres qui fixent les limites de la propriété privée qui la borde. Les durées de cheminements jusqu’au lac et autour sont indiquées.

Un commentaire

Comments RSS
  1. stefjourdan

    Marie Cadousteau

    Très bien écrit et surtout les photos sont incroyables,
    superbe !

    Last edited Aug 21, 2010 9:59 PMDeleteBlock this userReport abusive comment
    +2Hide replies to this comment ▲
    Merci de ces compliments !

Laisser un commentaire

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Changer )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Changer )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Changer )

Connecting to %s

%d bloggers like this: