Le 11 septembre 2001


Une réflexion à propos de ce qui s’est passé ce jour là, et sur la manière d’y réfléchir.


Une image satellite qui montre Manhattan et le panache de fumée le 11 septembre 2001 (en haut à droite).

Comme probablement une grande quantité de terriens ayant la télé (voire la radio [1]) je me souviens très bien de ce jour-là, moi qui n’ai aucune mémoire des dates [2]. La télé diffusait en continu les images de l’effondrement des tours.

Les terroristes n’auraient pu mieux choisir leur cible tellement ces tours étaient photogéniques. Encore aujourd’hui, on les revoit souvent dans les films ou feuilletons de l’époque (Friends notamment). L’idée d’envoyer deux avions coup sur coup montre une conception avancée du show, qui n’est pas anticipée je pense dans les précurseurs romancés de l’attaque [3].
Le 11 septembre a été probablement “le plus grand” attentat de l’histoire (si on range les bombes atomiques américaines dans une autre catégorie) mais ce fut surtout l’attentat avec le meilleur rendement (publicité gratuite/investissement en hommes et matériels) de tous les temps [4].
Ce happening est presque partout considéré comme une attaque de “l’Amérique”. Je serais plus nuancé : New York est la plus grande ville juive du monde, le propriétaire du WTC était/est juif, et en poussant un peu le bouchon, on pourrait dire que tous ceux qui bossaient là-dedans [5] étaient juifs, à part les femmes de ménage (portoricaines) et les gardiens (noirs) bien entendu. Il me semble clair que pour un terroriste musulman, attaquer l’Amérique, c’est cool, mais tuer des juifs en Amérique, c’est encore plus cool. Il doit y avoir quelque chose de politiquement incorrect à dire cela (que le WTC était une cible juive, dans l’esprit des attaquants, au moins autant qu’américaine) car je ne l’ai vu évoquer nulle part, en tout cas pas dans les médias français). Il est vrai que le pentagone (qui n’est pas spécialement juif) a aussi reçu un avion (enfin c’est la théorie officielle) et qu’un autre aurait été destiné (mais sans arriver au bout de sa mission) à la maison blanche.
En tout cas on peut dire que les avions destinés au WTC sont bien arrivés à destination, même si un des deux était quand même en virage prononcé au moment du crash. Malgré tout ce que j’ai lu sur cette collision, j’ai du mal à estimer le niveau de compétence/habileté/entrainement nécessaire pour diriger un avion de ligne sur une cible à aussi basse altitude (on reparlera plus loin du cas du pentagone), en terminant EN VIRAGE !
Je dois dire que dès le début, en tant qu’ingénieur, j’ai été extrêmement surpris que ces immeubles puissent s’écrouler “comme ça”. D’après les maigres connaissances que j’avais à l’époque, je pensais que ces tours étaient construites comme celles de la Défense à Paris, par exemple, soit des tours en béton armé. En regardant, et en regardant encore, les tours s’écrouler, j’avais vraiment l’impression qu’elles étaient construites comme des châteaux de cartes et dans mon for intérieur je me disais : “c’est vraiment grave l’Amérique, y a pas de normes là-bas, ils laissent construire vraiment n’importe quoi !” Par ailleurs les nouvelles (françaises en tout cas) fournissaient immédiatement, il me semble, une confirmation que les tours avaient pu s’écrouler parce qu’elles n’étaient pas construites “comme chez nous” mais seulement comme des grands échafaudages.
Cet étonnement est donc vite retombé, rangé quelque part dans ma mémoire, jusqu’à ce que j’entende reparler des théories “contestataires” sur les évènements du 11 septembre, le plus souvent qualifiées de “théories du complot” [6]. Quelqu’un m’a signalé l’idée que “des explosifs auraient été placés dans les tours” [7]
C’était en 2007 et j’ai passé à l’époque l’équivalent d’une journée de travail, dans les jours qui ont suivi, à lire différents sites et à visionner différentes vidéos qui abordent cette question.
J’ai observé sur moi-même qu’il est très gênant psychologiquement de rentrer dans cette étude car dès que l’on commence à admettre le moindre des doutes qui peuvent surgir sur différents points techniques de l’attaque, on est inexorablement “conduit” à envisager en effet (même si cela n’est pas suggéré directement dans la discussion), au delà de cet aspect technique, une énorme machination, un complot, un cauchemar politique. L’existence de ce second plan peut gêner la concentration sur le premier plan : la nature technique des évènements, surtout qu’on sent quelquefois que la démonstration est faite par quelqu’un qui parle des premiers pour démontrer la réalité des terribles implications secondes [8].

L’effondrement des tours

Les tours en châteaux de cartes que j’avais rangées dans un coin de ma mémoire en ont pris un drôle de coup lorsque je me suis rendu compte, en lisant les dossiers techniques établis par les “comploteurs”, qu’en réalité ces tours n’étaient pas en Mécano (pour ceux qui connaissent).

ça c’est plutôt une grue en Mécano, mais ça revient au même

 

Les colonnes en acier

J’ai appris assez rapidement (les investigateurs non-officiels, eux, ont apparemment mis des années pour obtenir les “vrais plans” des tours et les dessins des éléments de structure [9]) que les tours était construites (enfin on verra que c’est justement un point de questionnement) avec un total de 283 colonnes d’acier dont 47 colonnes dans le coeur. Ces colonnes du coeur étaient des tubes rectangulaires en acier (je répète intentionnellement ce mot) de presque un mètre de section, soudées pour former une seule pièce depuis le bas jusqu’en haut des tours. Que les “petites” colonnes de l’extérieur aient été pliées, déchirées, écrasées en accordéon ou que sais-je, pendant l’effondrement, je veux bien. Mais j’avoue que “l’écrasement” de ces colonnes titanesques est pour moi très difficile à expliquer, que ce soit par les théories officielles ou par les théories alternatives.
Parmi les photos de ground-zéro diffusées peu après, on remarquait justement une de ces poutres coupée en biseau. J’avoue que j’avais juste interprété ce découpage comme l’oeuvre des équipes de secours, ou de déblaiement. En y réfléchissant, on se demande pourquoi quelqu’un aurait coupé une poutre EN BISEAU puisqu’évidemment, cela demande deux fois plus de travail de la couper à angle droit mais surtout, il semblerait que couper au chalumeau ce genre de poutre ne soit pas une tâche aussi simple que ça.

Cette photo est la plus célèbre, montrant une poutre coupée en biseau avec de grosses bavures métalliques (juste derrière le pompier du centre) alors que les autres poutres de l’image sont coupées normalement, à angle droit; mais qui a coupé une poutre comme ça ?

 
Mais après tout, il est possible que des intervenants dans les premières équipes aient découpé des poutres de cette façon, pour une raison logique ou non. En se plongeant dans les différents dossiers et les différentes théories, on est conduit à s’apercevoir que, même si on met entre parenthèses un détail comme celui-ci, il existent d’autres points qui justifient à eux seuls un examen général de la catastrophe :
Ces points sont :

L’effondrement du WT7

Le WT7, c’est la tour numéro 7 du World Trade Center, une toute petite tour à côté des deux tours jumelles : elle n’avait que la taille de la tour Montparnasse (infernale), en deux ou trois fois plus large ! Cette WT7, qui contenait des locaux de la CIA, avait été touchée par des débris des tours jumelles, et était partiellement en feu. Elle s’est écroulée brusquement et bien proprement dans l’après-midi du 11 septembre.
Quiconque voit cette vidéo comprend qu’il y a un problème. Personne ne peut soutenir que cette tour s’est écroulé de manière accidentelle.

La pulvérisation du béton

Une des énigmes du 11 septembre est l’incroyable quantité de poussière qui a été produite instantanément au cours de l’effondrement des tours et dont une partie a ensuite recouvert tout le quartier (le reste ayant été emporté dans l’atmosphère). A vrai dire la plupart des théories qui proposent une démolition contrôlée ont du mal à expliquer l’incroyable finesse des débris obtenus. Habituellement les démolitions contrôlées produisent plutôt des débris de toutes tailles, y compris d’énormes morceaux de béton et sont plutôt conçues de manière à minimiser la poussière produite (qui est une des principales nuisances pour le voisinage). Cette pulvérisation générale des immeubles et de leur contenu a eu pour corollaire l’extrême difficulté à rassembler la totalité des restes humains (avec l’épisode sordide dans lequel on a retrouvé de tels restes au cours de travaux sur des conduits électriques, cinq ans après l’attentat… ainsi qu’à une autre occasion sur le toit de la Deutsche Bank.)

D’après ce que je comprends aujourd’hui (2012), les tours auraient en fait contenu très peu de béton, uniquement localisé dans les dalles des étages. L’essentiel de la poussière viendrait plutôt du plâtre (?). L’absence de béton AUTOUR des piliers métalliques expliquerait le peu de durée de leur résistance au feu. Il ne faut pas perdre de vue que la majeure partie des immeubles qui se sont écroulés comme ces fameuses lignes de dominos n’avaient toutefois PAS été soumis au feu ou à un impact, une confusion qui est très utilisée, volontairement ou non, dans les théories anti-conspirationnistes.


 

La disparition de l’acier

Que l’on admette que les tours jumelles se soient écroulées à cause de la gravité ou d’une façon “artificielle”, on doit étudier sérieusement le cas des débris. Plusieurs investigateurs ont souligné que le volume des débris entassés au sol ne correspondait pas à la quantité d’acier qui aurait dû se trouver dans ces tours. On peut notamment estimer que la hauteur etla surface sur laquelle reposaient ces débris ne semblaient pas correspondre à ceux de tours de 300 m de haut, même en tenant compte des fosses de fondations. Pour expliquer cette “disparition”, il existe deux voies :
– la plus employée relie ce déficit d’acier au sol à la curieuse manière dont les tours se sont désintégrées en l’air. De nombreuses vidéos et photos semblent en effet montrer des éléments énormes (comme le sommet de la tour 1) qui se transforment “en fumée” alors qu’ils ont commencé à tomber sans rencontrer encore d’obstacle. Très peu de théories sont capables d’expliquer comment de l’acier aurait pu être volatilisé en quelques secondes.
(Il existe même un théorie basée sur l’idée que les tours auraient contenu des bombes H miniaturisées. Cette technologie militaire existe probablement. On songe aux mini-bombes qui sont contenues dans les ogives, mais sont-ce réellement des bombes 100% H, sans aucune retombées radioactives, qui n’auraient pas manqué d’être détectées ?) mais la théorie en question, en admettant qu’elle puisse peut-être expliquer la sublimation instantanée d’une certaine quantité d’acier, peut difficilement être intégrée, compte tenu de l’énergie qui aurait été libérée, dans une théorie cohérente de l’effondrement vertical des tours (tout serait au contraire parti vers le haut…).
Une “autre” disparition de l’acier est la manière dont il a été traité au moment du déblaiement : non comme une pièce à conviction mais comme un rebut à évacuer le plus vite possible. Ainsi il n’existe pas, apparemment de documentation sur la quantité exacte d’acier qui a été retirée des décombres et revendue (en Chine dit-on). Aucun échantillon n’a été gardé par aucun organisme, semble-t-il ? Il n’existe d’ailleurs que très peu de photos montrant l’évacuation de ces poutres.

C’est tout ? la taille elle même de la photo est comique…

 

La vitesse de chute des tours

C’est un point très technique qui est abordé dans certaines discussions. En gros : quel que soit le modèle technique testé pour expliquer l’effondrement des tours, il doit être cohérent avec les lois de la physique.
Certains investigateurs s’appuient sur ces lois pour démontrer que dans le cas d’un effondrement “naturel”, disons provoqué par les impacts des avions et les incendies consécutifs, la vitesse de chute des tours n’aurait pu se rapprocher à se point de la “chute libre”. En effet la chute des parties supérieures auraient due être ralentie par l’énergie absorbée par la destruction des étages inférieurs.

Le site qui explique tout sans difficulté

Si vous êtes d’avis que tout est normal, que le choc des avions a provoqué des incendies qui ont mis ces tours à bas en quelques heures et que la tour 7 s’est écroulée le même jour tout simplement parce qu’elle avait été touchée par des débris, je ne saurais trop vous conseiller de vous rendre sur le site suivant :
Sur “rue89” c’est pas compliqué : tout s’explique et ce par des étudiants en journalisme de deuxième année ! Par exemple, la vitesse de chute est expliquée par la phrase : “Une fois la structure en acier affaiblie, lorsque la chute est amorcée, elle est extrêmement rapide.” Et voilà !

Que nous apprenne toutes ces théories ?

Comme je l’ai déjà évoqué, dans toute théorie sur le 11 septembre, il y a un second plan, celui des implications humaines, donc politiques.
Soit il y a seulement des organisations extrémistes qui ont organisé des attentats basés sur le détournement d’avions de ligne et tout s’explique “normalement” de cette manière. Soit il y a des impossibilités techniques dans la thèse officielle et d’autres méthodes, d’autres organisations, et probablement des ressorts politiques et/ou stratégiques sont à envisager. Ce deuxième niveau n’est pas traité dans le présent article.
Je préfère ici avoir une réflexion sur ce que nous apprennent toutes ces théories :

Le manichéisme de la pensée

Il est normal de voir qu’une partie des personnes (des sites) se range du côté de la thèse officielle mais ce qui est caractéristique est la conviction très forte des personnes qui exposent ces théories que rien ne doit menacer cette thèse officielle. À aucun moment ils ne doivent douter de rien, tout doit avoir une explication (simple de préférence). On imaginerait qu’on puisse trouver des investigateurs qui pensent par exemple que les effondrements sont bien le résultat des incendies mais que certaines parties du scénario technique a des zones d’ombres. Ce n’est pas le cas. On se rend rapidement compte que ce n’est pas le processus du raisonnement qui aboutit à la conclusion, mais au contraire que c’est la conclusion, ou si on veut l’attitude philosophique du ou des auteurs qui conditionne leur manière de raisonner.
L’autre côté, celui des sceptiques, est différent. A première vue on a une beaucoup plus forte impression d’avoir affaire à une recherche de la vérité. Tout d’abord il y a la diversité des théories, elle rappelle la diversité des théories explicatives en science, par exemple pour expliquer le cosmos, ou l’évolution biologique (reste-t-il vraiment plusieurs théories en lice ? hum). Un examen plus poussé montre que là aussi, la pensée est dirigée “par l’extérieur”, c’est la philosophie générale des auteurs qui les dirigent vers ces thèses alternatives. A aucun moment ils ne cherchent comment des évènements normaux, ou extérieurs à leur thèse principale, pourraient expliquer tel ou tel détail technique.
Les théories alternatives sont plus créatives, certes, ne serait-ce que par leur diversité, mais cette créativité s’exprime dans des “écoles de pensée”. Les sites proposant des explications différentes ne sont pas reliés entre eux et doivent être trouvés un par un. A l’intérieur d’une théorie, on observe le même phénomène que dans les sites défendant la théorie officielle, c’est à dire que les faits ou les idées qui n’apportent pas d’eau au moulin ne sont pas examinés [10].
Donc des deux côtés, les gens raisonnent avec des œillères MAIS il subsiste une asymétrie entre les tenants de la théorie officielle et les tenants d’une théorie parallèle : les seconds accusent les premiers de manque de rigueur scientifique. Les premiers accusent les seconds de manque de rigueur scientifique mais pensent en outre que ces derniers sont atteints d’un “syndrome” de la conspiration.
De mon point de vue, cela suffit à discréditer les défenseurs de la théorie officielle  en tant que scientifiques. La science est du côté du DOUTE, pas de la certitude. Les personnes qui cherchent des failles dans les raisonnements ne sont pas des malades, mais sont plus proches de la bonne science que ceux qui se basent sur des raisonnements basés principalement sur l’argument d’autorité.

Les diverses théories parallèles (survol)

La démolition contrôlée par explosifs et/ou produit de découpage

Ce sont ces théories qui sont mises en avant de façon la plus courante. Les avions sont bien arrivés sur les tours, mais c’étaient des leurres. Les tours étaient piégées de l’intérieur. Divers indices ont été rassemblés qui tendent à prouver cette démolition, comme le timing des secousses sismiques, les explosions ressenties par les occupants, certains jets de matières visibles sur les vidéos, analyse des restes de poussière, etc.

Les bombes H

Certains sites font appel à l’emploi de “mini bombes H” pour abbatre les tours et volatiliser leur matière. Ce ne sont pas les théories les mieux documentées, étant donné la nature un peu excessive du moyen invoqué pour la démolition

Le rayon destructeur

Certaines théories font appel à un moyen encore plus radical que la bombe H : l’emploi d’un rayon destructeur. Les arguments employés sont assez peu nombreux.

Les plans mensongers

C’est une théorie que j’ai découvert par hasard, en recherchant des images des poutres, je crois. Selon ce site, si les colossales poutres en acier ont cédé, c’est parce qu’il y en avait très peu et que le véritable coeur des tours était en béton, non en acier. Les plans qui ont été divulgués seraient donc des faux. Cette théorie fait tout de même appel à une démolition contrôlée.
Le site est un peu brouillon, désordonné et se répète beaucoup mais c’est aussi le seul où j’ai pu voir une analyse détaillée et proposant des explications architecturales aux images de ce qui reste en bas des tours, ainsi qu’aux films montrant des morceaux de structures en train de tomber.
L’auteur (anonyme) expose sa démarche :
c’est aussi le seul site où on explique pourquoi certaines théories seraient mal informées/mal construites :

Références

  1. quelle belle création poétique, a-t-elle un nom ?
  2. Certaines personnes ont la mémoire des dates, voire des féries (“jours de la semaine”), un ami à moi évoquait souvent un souvenir en disant : “tu te rappelles, on était allés au cinéma, c’était un mardi” ! Pourquoi le cerveau (pas le mien) stocke-t-il ce genre d’information ?
  3. Car il parait qu’au moins un roman, je crois, avait anticipé l’attaque des tours par un avion.
  4. Si on compte le nombre de morts et de disparus par rapport à l’énergie déployée, au contraire, je pense que le rendement de l’opération n’a pas été si bon, car en fait la plupart des occupants ont pu quitter les lieux (moins de mort que un an d’accident de la route en France…). Il est plus difficile d’estimer les dégats à long terme sur la santé physique et mentale des rescapés et de la population en général qui a respiré toute l’amiante libérée dans Manhattan (cette neige blanche qu’on voit dans les vidéos du drame et dont personne ne parle trop).
    Pour en savoir plus sur les dégâts sur la santé des New Yorkais
  5. Le WTC était rempli de boites de finance
  6. Comme le remarquent certains knols en anglais, notamment ceux de Michael Fullerton (voir lien), la théorie officielle est elle-même une théorie du complot !
    http://knol.google.com/k/official-theory-of-9-11-wtc-tower-near-free-fall-collapses-violates-laws-of#
  7. En fait j’avais entendu parler du livre de Meyssan mais de façon suffisemment déformée pour que je pense que l’auteur affirmait qu’aucun avion ne s’était écrasé sur les tours (en réalité il affirme qu’aucun avion ne s’est écrasé sur le pentagone…).
  8. La méthode scientifique exige normalement de ne considérer que l’aspect technique dans l’investigation, quitte à rechercher une théorie explicative de sa mise en place, dans un deuxième temps. Ainsi, dans la recherche cosmologique, on doit d’abord comprendre comment est “construit” l’univers, ou plutôt comment il est constitué, et ensuite, comment il s’est construit.
  9. http://911research.wtc7.net/wtc/arch/core.html
  10. Très peu de site qui proposent une démolition contrôlée cherchent à expliquer comment les explosifs auraient pu été déclenchés depuis les étages ayant subi les impacts, à une hauteur essentiellement imprévisibles. Aucun site parallèle ne se demande comment d’éventuels saboteurs auraient eu l’idée de faire tomber en premier la seconde tour touchée.
  11. http://911research.wtc7.net/wtc/arch/core.html

Laisser un commentaire

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Changer )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Changer )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Changer )

Connecting to %s

%d bloggers like this: