Les imémoriaux de Segalen 2 : les lois immémoriales du balayage polynésien


 

balai ni'au

Article 1: Tout fare en terre battue, donc toute maison en dur, donc tout ce qui s’en rapproche, abri anti-atomique, capsule spatiale, sous-marin, voiture particulière, sont balayables.

Article 2: L’instrument du balayage est le balai ni’au, ou autre équivalent végétal. Un “balai” ordinaire ne peut être utilisé réglementairement pour cette opération.

Article 3:Le balayage concerne la zone située en dessous de 1,50 de hauteur, sauf si la polynésienne est plus grande, auquel cas la zone peut être agrandie vers le haut.

Article 4: Tout local passible de balayage sera balayé de façon hebdomadaire, de préférence le dimanche. Les autres jours de la semaine ont été consacrés par Dieu à l’accumulation d’une poussière suffisante.

Article 5: L’élément constitutif le plus important du balayage est la vigueur avec laquelle il est exécuté, pas son efficacité.

Article 6: Tout objet tombé à terre ou négligemment accroché, positionné, ou laissé trop bas devient ipso-facto balayable, fut-ce de la menue monnaie.

Article 7: La direction du balayage est centrifuge, de l’intérieur vers l’extérieur. Une ligne de savates savamment disposées en travers de la porte empêchera toute sortie d’objet indue, tout en laissant passer les arrêtes de poisson.

Article 8: Une fois parvenu à l’extérieur du fare, tout objet balayé est libre, au choix, de s’envoler s’il est suffisamment léger ou bien de commencer à rentrer dans la terre (en particulier bien entendu s’il est constitué d’un matériau naturellement porté à se désintégrer dans la terre, comme les tessons de bouteilles et plastiques). S’il refuse de s’envoler ou met trop longtemps à rentrer dans la terre, il pourra être brûlé, (en particulier bien entendu s’il est constitué d’un matériau naturellement porté à bien brûler, comme les tessons de bouteilles et plastiques)

Article 9: Autour de tout fare, de toute maison (non valable pour les sous-marins et abris anti-atomiques) est définie une zone d’exclusion pouvant être balayée sur un rayon plus ou moins grand, à la discrétion de la balayeuse/du balayeur. C’est la “cour” (même s’il s’agit d’un jardin). La cour sert à repousser les balayures en dehors du champ immédiat de vision du fare.

1er amendement: Les tiges de balai ni’au qui se détachent (ou autres parties végétales similaires) sont exemptées de l’article 6

2ème amendement: tout étiquette, sparadrap, chewing-gum qui se collent au linoléum, à la toile cirée ou au mur sont exemptés de l’article 3. Il deviennent part de la maison elle même et ne peuvent plus être balayés ou décollés, en vertu du grand principe dichotomique.

3ème amendement: si un objet, un amas de poussière, etc. n’est pas projeté directement à l’extérieur du fare par les violents coups de balai qu’il reçoit en vertu de l’article 7, il bénéficie d’un sursis jusqu’au prochain balayage, sa présence au milieu du fare ne constitue en aucun cas un droit ou un précédent légal opposable au balayage.

Grand Principe Dichotomique : tout objet terrestre non animé “tombe” dans une des deux catégories : utile ou balayable. Mais il faut bien se mettre dans la tête que si un objet utile, qui tombe dans la première catégorie donc, “tombe” mais par terre cette fois-ci, il change alors de catégorie et devient balayable, sauf dans le cas improbable où quelqu’un le ramasse (action consistant 1 à se baisser 2 à saisir l’objet 3 à le mettre à une place appropriée)

 

Un commentaire

Comments RSS

Laisser un commentaire

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Changer )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Changer )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Changer )

Connecting to %s

%d bloggers like this: